Suite de la page 16
Suite de la page 16
L'Histoire sous un autre Angle
L'Histoire sous un autre Angle

 

Suite de la page 9

 

L'APRÈS 70

 

La Lorraine Allemande

 

Certificat d'études délivré à Moulins, le 24 mars 1874 / Document Bernard Chaupitre

L'ENSEIGNEMENT À MOULINS-ALGER[1]

 

Les enfants d'Alger fréquentaient l'école de Moulins-lès-Metz. Apres 1920, ils devinrent plus nombreux et avec l'accord de Montigny-lès-Metz, ils utilisèrent les écoles de cette ville contre paiement d'une rétribution de 200 Francs par an, prise en charge par la Commune de Moulins-lès-Metz.

En 1932, il y avait déjà soixante enfants d'âge scolaire.

 

Année 1933

 

Achat du terrain à 1 500 Francs l'are.

Mise en route d'un avant-projet fait par l'architecte DRILLIEN Henri.

Devis de 110.000 Francs.

 

Année 1934

 

Emprunt de 380.000 Francs auprès de la Caisse d'Épargne de Metz pour effectuer la réalisation du projet.

Au 1er octobre, on compte :      

 

                                          1 classe de garçons

                                             1 classe de filles

                                             1 classe enfantine

 

II y a création d'une classe mixte qui deviendra en 1945 une deuxième classe de filles lorsque l'on créera une deuxième classe de garçons.

 

Année 1946

 

Création de deux nouvelles classes.

.

1er octobre 1954

 

Ouverture de deux nouvelles classes pour les réaliser, on crée deux salles provisoires sous un préau.

 

Avril 1955

 

Au cours des dernières réunions, le Conseil Municipal a pris des décisions qui apportent des espoirs, particulièrement au Quartier d'Alger, ce qui était souhaité depuis fort longtemps.

Un avis favorable à l'inclusion de la Commune dans le Groupement d'Urbanisme de la Région Messine a été donné.

Le concours du Génie Rural a été sollicité pour l'établissement d'un projet d'assainissement de l'écart d'Alger (7 avril 1955). Etant donné l'extension rapide de ce quartier, l'aménagement d'un tout-à-l’égout est attendu avec impatience.

Il aété approuvé un projet d'extension du Groupe Scolaire (10 classes et 1 logement de service) dont le devis se monte à 53.470.000 Francs. (22 avril 1955)



[1] Quartier de Moulins-lès-Metz

GABRIEL POIRÉ

 

Né à Vatimont le 16 août 1896, c'est un ancien élève de l'École Normale de Phalsbourg. Il fut instituteur à Hinkange, à Lubécourt puis à Nébing.

En 1934, il devenait Directeur de l'école de Moulins-Lès-Metz. Là, il travailla comme éducateur, secrétaire de mairie et organiste de la paroisse. Cette carrière fut entrecoupée d'un séjour forcé à Carcassonne où il y fut expulsé avec sa famille durant la Seconde Guerre Mondiale.

Ses services ont été récompensés par la Médaille d'Honneur Départementale et Communale.

Durant sa courte retraite, il fouille les vieux papiers de sa commune et prépare un ouvrage sur l'historique de la ville Moulins-lès-Metz. Ce livre :

 

"MOULINS-LÈS-METZ

Son vieux Pont, ses Châteaux, ses Heurs et Malheurs,

ses Espoirs"

 

sera édité l'année qui suivit son décès, en 1957 aux éditions Mutelet de Metz.

II se penche aussi sur son école, rassemble des notes, commence la rédaction d'une histoire de l'enseignement à Moulins-lès-Metz mais ce travail restera inachevé.

Il restait à ordonnancer l'ensemble en époques, afin de se situer facilement dans l'Histoire. Ce qui fut fait en respectant le plus possible l'esprit... du Papa.

 

   Le 30 Juin 1996

 

GROUPE SCOLAIRE DE MOULINS-ALGER

 

Pose de la première pierre

Derrière l'étai en biais : Gabriel POIRÉ

Construction du Groupe scolaire de Moulins-Alger

 

 

 

LE GROUPE SCOLAIRE DE MOULINS-ALGER

 

Arthur Holle

 

 

 

   Le fait que les enfants de l'annexe « Route de Jouy » fréquentent l'école de Montigny constitue une lourde charge pour la commune de Moulins.

   L'augmentation de « l'écolage » qui passe de 25 à 200 francs n'est pas la première mesure « peu amicale » de Montigny à l'égard de Moulins. La première remonte à la fin de l'année 1930, et, pour la comprendre, rappelons-nous que les habitants de l'écart « Route de Jouy » dépendaient de la paroisse Saint-Joseph de Montigny :

 

  "Monsieur le Maire de Montigny vient de nous aviser que par délibération en date du 22 décembre dernier, le Conseil municipal de Montigny avait décidé que dorénavant les familles étrangères à Montigny, même si elles résident sur des communes formant paroisse de Montigny, cesseraient, à partir de ce jour, de pouvoir enterrer leurs morts dans l'un quelconque des cimetières de Montigny. » (Séance du Conseil municipal du 23 janvier 1931).

 

 

En assistant à différentes séances du Conseil municipal, nous suivrons l'évolution de l'édification de notre école.

Cette entreprise durera quelque quatre années : du 16 septembre 1932, date de la prise de décision, au 2 octobre 1936, jour de la rentrée scolaire.

 

 
Décision

 

16 septembre 1932.- « L'écart communal dit « Route de Jouy » compte à présent environ 60 enfants d'âge scolaire, et ce nombre ne cessera d'augmenter. Ces enfants fréquentent les écoles de Montigny qui nous demande, à partir de cette année, un écolage de 200 F par enfant, soit environ 12 000 F par an. Comme d'autre part le chemin à parcourir par ces enfants pour atteindre les écoles est très long - entre un et deux kilomètres - et très dangereux - route nationale N° 57 excessivement fréquentée par les autos et véhicules de toute nature -, le Conseil estime qu'il est temps d'envisager la construction d'u bâtiment scolaire d'au moins 4 classes dont deux à aménager tout de suite pour une classe de garçons et une classe de filles et une troisième provisoirement pour une école maternelle (avec logements, cours et jardins).

 Il charge en conséquence Monsieur le Maire de se mettre en rapport avec les administrations intéressées et avant tout de s'assurer par compromis le terrain nécessaire pour bâtir, soit 25 à 30 ares. »

 

 

 

Terrain

 

07 novembre 1932.- « A la demande de Monsieur le Maire concernant la construction d'une maison d'école « Route de Jouy » le Conseil nomme une commission, composée de MM. B***, S***, A. G*** et P. M*** (membres du C.M.) pour l'assister dans le choix du terrain nécessaire et les pourparlers à engager. »

05 décembre 1932.- « Comme suite à la délibération du 16 septembre dernier, M. le Maire a fait des démarches pour trouver un terrain convenable et il a trouvé l'occasion d'acquérir un terrain de 28 a. 07 Section B du plan cadastral, confin (sic) au Saule Arbitre parcelle N° 404 P qui de l'avis de la commission convient sous tous les rapports. Le propriétaire, M. Jouin Ernest, à Montigny, demande 1.500 F de l'are, soit en tout 42.105 F. Ce prix paraît très avantageux, les prix moyens usités dans ce confin (sic) étant de 2.000 F l'are et davantage. Aussi y aurait-il intérêt de profiter de l'occasion.

Après en avoir délibéré, le Conseil, à l'unanimité :

 

a) Charge M. le Maire d'acheter le terrain en question pour la Commune aux conditions ci-dessus ;

 b) de passer l'acte d'achat dans les mêmes conditions ;

 c) de demander à M. le Préfet de la Moselle de vouloir bien déclarer cet achat comme étant d'utilité publique... »

 

  

Architecte

 

07 novembre 1932 .- « On envisage le choix de M. Drillien, associé de M. Tribout à Metz, Place du Saulcy, 38, comme architecte. »

 

Budget prévisionnel, Devis et Emprunt

 

30 novembre 1934.- « Le Maire expose au C.M. que les plans concernant la construction du groupe scolaire de l'annexe d'Alger sont revenus approuvés.

Le devis s'élevant à 1.107.000 frs, la commune devra se procurer la différence par une emprunt de 430.000 frs.

La Caisse d'épargne de Metz est disposée à accorder ce prêt de 430.000 frs remboursable en 35 annuités au taux de 4,75 % variable en hausse seulement, sur la base du taux d'intérêts de la Caisse des Dépôts et Consignations, actuellement de 4 %. Le C. M. accepte cette proposition et charge le Maire de faire le nécessaire. »

 

 Approbation

 

14 décembre 1934.- « Le Maire expose que, par lettre en date du 26 octobre 1934, M. le Sous-Préfet lui faisait connaître que le projet de construction d'un groupe scolaire à Alger, joint à cette lettre, avait reçu l'approbation de M. le Recteur d'Académie sous réserve que les modifications demandées seront réalisées lors de l'exécution des travaux. Ces modifications sont prévues dans les plans rectifiés par les architectes chargés de leur établissement, qui sont à la disposition du C.M.

De ce fait, la commune entre immédiatement en ligne de compte pour faire l'objet d'une subvention de l'Etat dans les conditions prévues par la loi du 11.7.33.

 

Offres et Adjudications

 

16 janvier 1935.- « M. le Maire informe le C.M. que MM. Drillien et Tribout, architectes, ont vérifié les offres des entrepreneurs soumissionnaires pour le lot de Gros oeuvre et de Charpente en bois, travaux nécessaires pour la construction du nouveau groupe scolaire de l'annexe d'Alger.

M. Drillien, présent, donne toutes les explications voulues.

 14 septembre 1935.- « M. le Maire informe le C.M. que les architectes ont terminé la vérification des offres des entrepreneurs soumissionnaires pour les lots de couverture-zinguerie, plâtrerie et menuiserie-parquets du Groupe scolaire d'Alger.

M. Drillien, présent, donne toutes les explications voulues.

 

Mobilier

 

20 août 1936.- « Le Maire soumet au C.M. des devis concernant la fourniture de mobilier scolaire pour le Groupe scolaire d'Alger. Après avoir pris connaissance des devis et reçu les explications nécessaires, le C.M. décide l'achat desdits meubles chez M. JACQUES Antoine à Halstroff.»

 

 Fin des travaux

 

16 septembre 1936.- « Le Groupe scolaire étant en voie d'achèvement, une commission composée de MM. H***, B***, D***, K*** et M*** est chargée d'établir un programme pour la fête d'inauguration.

 

 Et la rentrée scolaire se déroula, je le suppose, le vendredi 02 octobre 1936, pour les petits « Algérois » de Moulins.


L'Ecole Nazie

 

 

 

L’instruction, come la langue

 

 

d’Esope, peut être la meilleure

 

 

ou la pire des institutions


Ecole de garçons (Metz)-Sablon

Suite page 11